Signaler

Grande anxieuse, j'ai trop peur de déménagement [Fermé]

Posez votre question NATHALIE!17 13Messages postés dimanche 18 septembre 2016Date d'inscription 2 octobre 2016 Dernière intervention - Dernière réponse le 24 sept. 2016 à 21:31 par imagine7

Bonjour à tous,

 

Je vais essayer de faire court pour mon problème que je traîne comme un boulet depuis maintenant près de dix années.

 

Je suis avec mon ami depuis 13 ans, nous vivons ensemble, mais sans être mariés, je voudrais mais pas lui, il a peur mais ne veut pas me dire de quoi, je pense une peur de l'engagement, pas d'enfants non plus, il n'a jamais voulu entendre parler de fiv ou adoption, ou autre, car pas envie "d'élever l'enfant d'un autre", par contre, le déménagement devient une obsession pour lui, depuis toutes ces années, il se connecte sur "le bon coin ou d'autres sites de location, et cherche  absolument une maison, dans les trois cent euros, avec deux chambre, un garage, un jardin clôturé, car on a des petits chats et il a peur qu'ils se sauvent, oui, vous me direz il est difficile, nous vivons actuellement à la rochelle, je suis née ici, j'ai des amis, des repères, mais plus de famille, mes parents décédés, mais voilà mon problème :

 

J'ai une grande peur du changement de mon lieu de vie, car lui est de champagne ardennes, et quand il m'a connue, il voulait déjà partir de sa région, donc il est venu, avec plaisir vivre ici, nous sommes en logement social hlm, on a repris l'appartement après le décès de mes parents, c'est un appartement très bien, bien situé avec une elle vue sur le parc et sur les champs et la mer, il a été refait à neuf, pour l'isolation, etc....et j'ai mis beaucoup d'argent pour le rénover, les meubles, refaire la tapisserie, les peintures, etc...et il m'a aidé volontairement à le refaire, mais en continuant à chercher un autre logement dans une autre région, une maison de préférence, et pas ici, car les maisons en location sont trop chères, on peut pas acheter, car lui en pension d'invalidité, et moi sans emploi et aucun revenu, avec un loyer de 225 euros par mois, on s'en sort quand même, mais ca lui suffit pas, il veut une maison et se plaît pas trop ici, car il y a la taxe d'habitation entre 400 et 500 euros aussi !! même si on paie à deux (j'avais des économies, donc je peux l'aider cette année financièrement),  mais il me dit, c'est pas une solution, donc comme les loyers et les impôts sont trop chers ici, on vas partir ailleurs ! Mais après presque 10 ans de recherches, il ne sait toujours pas où,  moi, je préfèrerais rester ici chez moi, et lui il aurait une préférence  pour la montagne, voir l'auvergne, sa préférence, le hic, on y a été en juin dernier, pour des vacances, et je ne me vois pas vivre là bas, je l'ai ressentit. Malgré ma peur très angoissante de ce déménagement, de ce changement de vie on vas dire, si on partait s'installer ou il y a la mer, je pense que je m'y ferait, je dis bien : "je pense", mais je n 'en suis pas sûre !  Ca me rend malade, j'en pleure, me lève parfois la nuit pour manger du sucré car je e peut pas dormir, je souffre de dépression et d'une très grande anxiétée ,alors ce changement de vie, à 47 ans ! je ne me vois pas partir, ça m'angoisse de trop, lui il a 51 ans et changer de vie ne lui fait pas peur, mais il décide pour lui, et me demande rarement mes choix, on en parle pas vraiment en profondeur, aucune région n'est décidée, sauf pour lui, une préférence pour la montagne et l'Auvergne, et moi, je préfèrerait rester ici, il y aurait du travail pour moi, car je ne conduis pas, et commence à avoir des soucis de santé, je sais pas si ça n'aurait pas un rapport avec ce dilemme de tout quitter pour ailleurs !

 

En gros, il veut partir avec une préférence pour la montagne, et surtout l'auvergne, et moi ce serait la mer, mais si je le suivais ce serait pour lui, je ne penserait pas à moi, d'ailleurs penser à ce que je veux moi, ce serait pas un peu égoïste quelque part ? Et je me dis que je suis obligée de le suivre là où il ira, même si je ne vais pas le supporter je sais, je devrais vivre cette vie sans saveur, tout le reste de ma vie, pourquoi ? Car je n'ai pas de revenus, ni de travail qui pourrait me sauver, donc je suis obligée de le suivre, et puis, j'ai mis longtemps à trouver quelqu'un qui me convienne que ça me peine si je devais prendre la décision de rester chez moi et le laisser partir vivre là où il veut, au bout de 13 ans, ce serait dommage ! Donc, je ne sais pas quoi faire, le suivre sachant que je suis pas sûre de me plaire là où on ira, ou m'écouter et penser à moi et rester là, où est ma vie et où je me sens bien ?  Mais si je fais ça, ce seras la rupture, et le côté me retrouver seule, en plus du financer qu'il faudra que je puisse gérer toute seule, me fait peur !  Je ne vois pas de solutions, j'ai beau retourner dans tous les sens, je n 'ai pas de solutions ! Avez vous vécu cette situation de ne pas vouloir suivre votre compagnon, pour diverses raisons ? On est pas mariés ! Merci beaucoup de vos réponses et de m'éclairer pour ce problème qui me rend malade

Afficher la suite 
Utile
+0
plus moins

bjr

 

vous dites que le suivre dans une nouvelles région, vous ne le supporterez pas et ce sera la séparation.

 

et si vous ne le suivez pas et qu'il décide de partir ce sera aussi la séparation.

 

il ne faut pas aussi penser qu'a lui, il faut que vous ayez une bonne explication ensemble, sérieuse ou lui expliquez vos angoisses et votre choix de ester ici.

 

parler est la meilleure solution pour aboutir ensemble a quelque chose...

 

car pensez bien que si vous partez dans une autre région et que cela ne va pas, que vous venez a vous séparer, vous n'avez plus de logement !

 

et trouver une maison avec jardin clos a 300 € ça va devenir vraiment très difficile ou alors en plein milieu des choix ou bois et quand on n'a pas de permis, on se retrouve prisonnier au milieu de ........................... rien. quel avenir !


--
 "je crois que c'est le rôle de Dieu de leur pardonner... nous, notre boulot,     c'est seulement d'organiser cette rencontre." Général Schwartzkoph 

 

NATHALIE!17 13Messages postés dimanche 18 septembre 2016Date d'inscription 2 octobre 2016 Dernière intervention - 19 sept. 2016 à 22:55
Merci de vote réponse, oui, je sais, mais je crois que je vais être obligée de le suivre, car, comme je n'ai pas de travail en ce moment, et dur d'en trouver car dans mon métier "le nettoyage de locaux", les sociétés de nettoyage demandent le permis et la voiture, ce que je n'ai pas, alors.....ça a toujours été dur pour moi, et avec le rsa, je ne toucherai que 461 euros par mois, avec ma petite chienne et deux minettes, il est hors de question que je m'en sépare, donc, ce seras dur aussi, j'ai peur de ne pas y arriver ! Et je n'ai plus de famille ni mes parents pour m'aider si il m'arrive quelque chose, que avec mon ami, je suis à l'abri financièrement ! Maintenant pour l'endroit où on vas vivre si on part d'ici, j'espère encore qu'il changera d'avis sur ses préférences et qu'on trouvera à la mer ou pas trop loin, que je sois pas trop dépaysée, la Normandie ou la Bretagne, pour un exemple, il y a des maisons pour des prix abordables, là, je pense que ça irait ! Mais on est pas encore partit, je dois retravailler après avoir réglé mes problèmes de santé, j'espère que de ce côté là, ça vas aller !
Utile
+0
plus moins

Bonjour,

Je formule une demande de précisions.

Avez-vous parlé de votre situation à une assistante sociale ?

Votre compagnon perçoit une pension d'invalidité. Ne lui est-il plus possible d'exercer en même temps une activité professionnelle ?

Vous parlez de dépression, d'angoisses. Est-ce un médecin qui a fait ce diagnostic? Dans ce cas, vous seriez suivie médicalement et psychologiquement par un psychiatre ? Qu'en est-il ? La dépression se soigne.

Ne vouliez-vous pas faire le permis de conduire pour gagner un peu d'autonomie et pouvoir accéder à une reconversion professionnelle éventuelle ?

Quitter votre environnement, votre travail et vos ami(e)s sera difficile. 

Pourtant, vous êtes jeune et tout peut se présenter pour tourner la page... si vous le souhaitez. Ce sera toujours votre choix.

 

 

 

 

NATHALIE!17 13Messages postés dimanche 18 septembre 2016Date d'inscription 2 octobre 2016 Dernière intervention - 20 sept. 2016 à 22:37
Bonsoir, et merci de votre réponse. Alors pour vous répondre, alors, non, je n'ai pas parlé de mon problème à une assistante sociale, mais à 2 psys, il y a un peu plus de deux ans, il en ressort ce que vous m'avez dit, en gros, que tout quitter, mes repères etc... seras vraiment dur pour moi, sans compter que vivre dans un hameau de campagne, (le rêve de mon ami), seras impossible à vivre pour moi, car pour trouver du travail....., non, mon ami ne travaille plus, il est en deuxième catégorie, donc il peut vivre n'importe où, il n'a pas d'attaches ici, pas comme moi. Oui, je suis suivie par mon généraliste, et je dois faire une thérapie, mais je repousse toujours, je suis sous traitement, si l'anxiolytique marche très bien, il en est tout autrement de mon antidépresseur .Oui, la dépression se soigne peut être, mais ne se guérit pas, pour avoir vu ma mère durant toute sa vie dans cet été pour la voir mourir à 72 ans, je me dis que je suivrais le même chemin. Car j'ai idées noires, et si je partais maintenant, ce serait un bien, car à qui je manquerais ? Pas d'enfants, pas de mari, mes parents sont décédés tous les deux, j'irais les retrouver, ce seras un retour dans ma vie d'avant où j'étais bien mieux ! Si je pars, je quitte mes repères, mais pas mon travail car je n'en ai plus, par contre des problèmes de santé, je dois passer des examens pour mes articulations, et avec mon métier (je suis agent d'entretien), ça ne vas pas ensemble, et la retraite est encore loin. Et le permis, à mon âge, non c'est pas pour moi, vous me dîtes que je suis jeune, moi je me sens vieille, à 47 ans, la vie est finie ! Enfin, le meilleur est derrière moi, je le sais, si je pouvais revenir 20 ans en arrière, j'étais plus heureuse et mieux dans ma peau aussi. Donc, je crois qu'il ne faut pas trop réfléchir, car plus je reste ici longtemps, plus je m'attache et moins je veux partir, et le moment venu, ce seras trop difficile. Ma vie est peut être ailleurs, Etsi ça vas pas, ben tans pi, ce seras l'erreur la plus grave que j'aurait faîte dans ma vie , car je n'ai personne pour m'aider et m'héberger si je devais revenir, des amies oui, mais si je les appelaient un jour en leur demandant de m'héberger, que je reviens, en attendant que ma situation s'arrange, je connais la réponse, il n'y aurait personne, amitiés, oui, mais pas dans les situations graves comme celle ci. Il n'y a pas de solutions
imagine7 9571Messages postés samedi 12 mai 2012Date d'inscription ModérateurStatut 14 août 2017 Dernière intervention - 24 sept. 2016 à 21:31

Bonsoir NATHALIE!17,

Pensez à reprendre contact avec votre psychiatre. Demandez-lui de faire un travail sur vous-même. Le psy. n'est pas uniquement là pour prescrire les médicaments, il est là pour vous guider dans une démarche personnelle et vous faire avancer.

Cela peut prendre du temps, mais lorsque vous êtes motivée, vous trouverez les clés qui vous amèneront à la guérison. Ces clés sont enfouies en vous.

Demandez-lui.

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !