Frustrations

Signaler
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 9 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
9 février 2021
-
Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 12 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
12 février 2021
-

Bonjour,

Si j'écris dans ce groupe c'est parce que j'ai besoin de vider mon sac (sans mauvais jeu de mot car je ne suis pas un homme).

Je suis amoureuse et en couple avec une femme depuis deux ans.

Avant de la rencontrer j'étais avec une autre femme pendant plus de 6 ans mais notre relation, adulescente, à force de stagner et également a cause d'un problème de libido s'est arrêtée.

Cependant, aujourd'hui j'ai l'impression que le destin se fiche de moi... Je suis très amoureuse de la femme avec qui je vis, nous parlons enfants et avons des projets pour le futur. Vraiment nous sommes bien ensemble mais le problème persistant est le sexe.

J'ai déjà été en parler avec un psychologue mais elle me répond que le bloquage ne vient pas de moi mais de mon amie.

Lors de ma première grande relation de 6 ans, mon ex avait un bloquage et ne supportait pas grand chose question sexe. Ma copine actuelle a la même chose, sa libido est folle au début de la relation et au bout de quelques semaines elle est devenue quasiment nulle. Elle m'a avouée avoir eu un trauma pendant l'enfance mais elle ne s'en souvient pas.

Je pense avoir tout essayé : attente, écoute, dialogue, rdv sexologue (finalement annulé) compréhension, mise en confiance etc j'ai taper du poing sur la table en posant un ultimatum tellement je me heurtait a un mur. A chaque fois c'est pareil : Promesses, excuses, rancoeur, peur etc elle a toujours été comme ça me dit-elle et je sens qu'elle y pense mais elle ne fait rien de plus. Elle n'en parle à personne, ne va pas voir de spécialiste ni son médecin, elle ne travaille réellement ni sur son bloquage ni sur sa libido.

Quand elle s'approche de moi c'est à la suite d'une dispute ou "pour me faire plaisir" car ça fait longtemps, sauf que faire l'amour par bonne action, non merci. Elle se ferme à la sexualité, elle n'a pas beaucoup d'ouverture au sexe pourtant c'est comme si elle avait une double personnalité : en apparence la fille bien sous tout rapport, ouverte mais très prude et en intérieur une folle de sexe. Quelque fois j'ai même l'impression qu'elle n'est pas elle même ou qu'elle n'est pas consciente lorsque son plaisir atteint un haut niveau car elle se lache complètement. Puis elle se referme.

De mon côté je me sens extrêmement frustrée, triste, repoussante et je vis mal de revivre la même aventure. Comme quoi...

J'en suis arrivée au point ou je me sens clairement incomprise et résignée. Je cherche des médications permettant l'arrêt ou la baisse de ma libido. Ce que je trouve c'est surtout des antidépresseurs, je ne veux pas aller aussi loin, quoi qu'on est pas loin... Je pense que ce n'est pas avec moi qu'elle s'ouvrira au plaisir sexuel et j'essaie de m'en faire une raison. 

Je plains tous les hommes et les femmes qui sont dans la même situation, qui éprouvent du désir quotidiennement et qui sont rejetés ou punis par leur conjoint(e) parce qu'ils "ne pensent qu'à ça".

Je ne veux pas la quitter, en tout cas pour le moment, car ce que nous partageons au delà est fort mais je ne me voile pas la face. Je sais bien que ce genre de relation mène à la rupture ou l'adultère. J'en ai assez des insomnies ou de craquer quotidiennement.

Si vous avez des conseils...

Merci.

2 réponses

Messages postés
3191
Date d'inscription
mercredi 11 février 2009
Statut
Contributeur
Dernière intervention
19 février 2021
542

Bonjour,

"Je pense avoir tout essayé : attente, écoute, dialogue, rdv sexologue (finalement annulé)"

Du coup pas tout, et c'était peut-être le plus capital. Elle semble avoir de la réticence à y aller, pourquoi ? De la honte ?

 

"Je sais bien que ce genre de relation mène à la rupture ou l'adultère."

Et elle consentirait à une relation libre où tu pourrais te satisfaire sexuellement ailleurs sans pour autant la trahir ?

 

Après, votre séparation pourrait être le coup de pied au cul dont elle a besoin. On ne peut pas sauver quelqu'un qui ne veut pas vraiment l'être...

Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 12 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
12 février 2021

Bonjour,

Je vis la même situation que vous. Après plusieurs années de vie commune avec la routine, elle n'a plus besoin de contact physique.

Pourtant je fais mon maximum pour être un mari au top. Je m'occupe de la maison (ménage, course, linge), des enfants…

Je me demande si elle ne préfère pas son travail à sa vie de couple. 5 jours sur 7, elle part à 7h30 pour revenir après 19h. Et le Week-end, elle dort une grande partie de la journée pour récupérer.

J'ai essayé le dialogue mais pour elle, il n'y a pas de soucie et c'est à moi de me calmer.

Pourtant je ne vois pas pas comment améliorer les choses si elle n'a pas envie que notre vie de couple s'améliore.

Avant elle avait le problème contraception (douleurs avec préservatif, la pilule met sa vraie nature sous cloche, le stérilet très douloureux pendant les actes), j'ai pris la décision de faire une vasectomie. Mais c'était une fausse solution ne réglant pas le problème à la base, tout comme ses excuses (je suis fatiguée, j'ai mal au dos/au ventre, j'ai une dure journée demain…)

A ce stade, on fait l'amour 2 à 3 fois par mois, interdiction de l'embrasser langoureusement, interdiction de la toucher à ses parties intimes, pas de préliminaire, pas de lingerie spécial mais plutôt son haut de pyjama à manche longue, 2 positions seulement (missionnaire, levrette) et après 15min, dodo de son coté avec boule-caisse et masque sur les yeux.

J'ai tenté de palier ce manque de relation par la masturbation mais cela ne dure qu'un temps et ça ne permet pas de combler ce manque du contact humaine charnelle. J'en suis arriver à être jaloux des gestes de tendresses des coupls dans la rue.

J'ai pris des antidépresseurs pour permettre d'éviter de ruminer et de dormir au plus vite mais je suis un fantome à ses pillules.

Elle ne me prend pas dans ses bras, pas de câlin, pas de mot doux. Si je ne vais pas vers elle, cela se limite au bisou du matin et du soir avant de dormir.

La solution maitresse ne risquerait que de faire éclater notre vie de famille et les enfants souffriront. 

J'essaye de trouver une solution de relation platonique par des applications de tchat mais très souvent les utilisateurs sont très jeune et immature.

Bref je suis perdu, blessé, énervé voir même à la détester! Je préfère dormir dans la chambre de mes enfants au lieu du lit parental tellement que je suis hors de moi quand je vois son ignorance à mon égard.