J'ai vraiment besoin d'aide

-

Bonjour ou Bonsoir

 

Je crée se post car j'aurais besoin d'un avis exterieur sur ma question.

 

Donc je suis un mec bi en 3ème (je n'ais que 14 ans mais je pense en etre sur) et j'aime un mec.

 

Voilà le hic, car cette personne et moi sommes très proches mais je ne sais pas quoi pensé de sont comportement un coup je suis "collé à lui" (à distance résonable pour ne pas paraitre bizarre) et ça ne le dérange pas, un coup je suis "collé à lui" et il menvoit ch***.

 

Deuxième question qui est en rapport à ma bisexualité.

 

Les seules personnes au courant sont mon meilleur ami (pas celui de la premiere question) qui la très bien pris, et une très bonne amie. (si vous voulait des expliquations sur pourquoi ou comment il le savent n'hesité pas.) et voilà la deuxieme question car à eux deux je leurs fait extremement confiace car je suis ami avec mon meilleur ami depuis la maternelle et mon amie m'a appris quelle aussi etait bi mais quasiment personne ne le sait mais j'ai peur que ça se sache (je ne sais pas comment) et si cela se sait que faire ?

 

Merci d'avoir lu ce pavé et si vous me répondez je vous en serais très reconnaisant.

désolé pour les fautes

Afficher la suite 

2 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
2505
Date d'inscription
mercredi 11 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
17 octobre 2019
130
2
Merci

Bonjour,

 

"Merci d'avoir lu ce pavé"

On est TREEEEEES loin du pavé, ne te dénigre pas aussi facilement ;)

 

Je dois préciser que je ne suis ni homosexuel, ni bi, mais je vais me risquer tout de même à te répondre. Je ne sais pas non-plus comment est acceptée l'homosexualité (et la bisexualité) masculine dans ton environnement. Donc pèse bien le pour et le contre avant de les suivre.

 

Concernant ta première question, tu n'aurais jamais de véritable réponse à moins d'en parler avec ton ami. A ce que tu décrits, je pense qu'il ressent peut-être quelque-chose de bizarre dans ton comportement, qui le gêne et du coup il ne sait pas bien comment réagir.

 

De mon point de vue, on gagne toujours à être honnête, soit on a l'occasion de vivre de belles histoires, soit on ne perd pas de temps dans un cul-de-sac.

 

"Les seules personnes au courant sont mon meilleur ami [...] et une très bonne amie"

Ta famille n'est pas au courant ? De mon point de vue c'est dommage, car c'est eux que tu cotoie le plus, ça doit donc être éprouvant de porter un masque devant eux.

 

"j'ai peur que ça se sache (je ne sais pas comment) et si cela se sait que faire ?"

Normal, ça n'est jamais confortable de sortir de la norme. Si ça finit par se savoir, et bien il ne restera plus qu'à l'assumer et ça ne serait pas qu'un mal.

Certes, on ne peut pas nier que certains se moqueront de toi et d'autre vont carrément te fuir.

Mais les premiers, si tu assumes pleinement, se lasseront vite en voyant que ça ne fait pas effet. Les autres et bien, ce sera désormais leur problème et plus le tiens. Toi de ton côté ça te fera incontestablement un poids en moins. On n'est tout de même plus à une époque où les homosexuelx (et bi) sont considérés comme des pestiférés par la majorité.

Donc accepte-toi tel que tu es, ni plus ni moins, et tout devrait se passer pour le mieux :)

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Couple JournalDesFemmes.com

Journal des femmes 4678 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Merci de m'avoir répondu

Je sais que l'on ne peut rien deduire de son comportement mais j'aurais quand même essayé . Pour le "De mon point de vue, on gagne toujours à être honnête" je le sais mais je sais pas comment ni quand lui en parler . Oui vous avez raison sur le point que ma famille ne soit pas au courant n'est pas forcement bon et oui cela est eprouvant de porter un masque devant eux mais je ne suis pas prêt a leur dire.

Pour le point sur si cela se sait il faut assumer, j'ai toujours eu des choix et des goût différents de la "norme" et je les ai toujours assumé mais le je ne suis pas prêt psychologiquement (pb de famille).

Et sur le dernier point une ancienne amie à moi qui a déménagé depuis, mais elle était ouvertement lesbienne et personne ne lui faisait des remarque ou quoi que ce soit donc voilà.

Arkana0
Messages postés
2505
Date d'inscription
mercredi 11 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
17 octobre 2019
130 -

"A 14 ans ?... Je doute un peu quand même... C'est dangereux de faire un coming-out à l'adolescence..."

Oui, je le conçois, d'où mon préambule : "Je dois préciser que je ne suis ni homosexuel, ni bi, mais je vais me risquer tout de même à te répondre. Je ne sais pas non-plus comment est acceptée l'homosexualité (et la bisexualité) masculine dans ton environnement. Donc pèse bien le pour et le contre avant de les suivre."

 

"cela est eprouvant de porter un masque devant eux mais je ne suis pas prêt a leur dire."

"pb de famille"

Dommage, j'espère pour toi que cette situation va se régler au mieux :(

 

"Pour le point sur si cela se sait il faut assumer, j'ai toujours eu des choix et des goût différents de la "norme" et je les ai toujours assumé mais le je ne suis pas prêt psychologiquement"

Mais justement, tu évoques un cas - hypothétique - où ça fuite sans que tu puisses le contrôler. A partir du moment où ça se sait il n'y a plus qu'à composer avec. Quand on a pas le choix, il ne reste plus qu'à assumer les choses telles qu'elles sont, c'est le seul moyen de s'en sortir par le haut ou, au pire, de limiter la casse.

 

Quand, par exemple, un homme politique est impliqué dans un scandale, il y a deux façon de réagir :

1) Nier. C'est ce qu'ils font le plus souvent, et c'est une erreur. A ce moment-là on les mets au pied du mur. Ils avouent alors avoir menti en niant et admettent ce qui a été balancé, mais pas plus. Puis en général on démontre que c'est allé encore plus loin, et ils sont contraints de dire à nouveau qu'ils ont menti, et ça n'en finit plus... Et ils sont définitivement classés comme "pourris du système", à tort ou à raison. Et entre temps ils ont été complètement humiliés et manipulés.

2) Assumer directement. C'est le plus dur à faire, mais une fois fait, les choses se tassent, surtout s'ils restent discrets. Et on leur pardonne (à tort ou à raison ;) )

 

C'est peut-être naïf de ma part, mais pour ce thème, les deux situations et leurs conséquences me paraissent liées.

Quelqu'un qui niera son attirance homosexuelle alors qu'il est nottoire que c'est le cas sera d'autant plus sujet aux brimades, cela peut facilement partir en cercle vicieux où piqué d'intérêt par le fait qu'il nie la vérité, on ira "la lui étaler d'autant plus sur le visage". Et lui, il sera de plus en plus démolli par ça.

En revanche quelqu'un qui l'assumera une fois le "pot-aux-roses" découvert, et bien il n'y aura aucun intérêt à venir lui chercher la petite bête, puisque ça ne le fera pas réagir.

 

 

"elle était ouvertement lesbienne et personne ne lui faisait des remarque ou quoi que ce soit donc voilà."

Tout dépend de ton environnement.

Ce qui me semble être encore la généralité, c'est que, l'homosexualité féminine est bien plus facilement acceptée. Il semblerait que les femmes soient plus ouvertes entre elles à ce sujet et que les hommes fantasment là-dessus.

La réciproque pour l'homosexualité masculine me paraît cependant moins vraie : les femmes n'ont aucun problème avec (au contraire, il y a ce "fantasme" du "meilleur ami gay"), les hommes en revanche en sont un peu dégoûtés, ce qui les pousse plus facilement à harceler. Néanmoins, les hommes homosexuels à défaut d'être pleinement acceptés, le sont bien mieux qu'auparavant !

 

Pour les pb de famille mes parents ne sont pas du tout homophobes du moins de ce qu'il m'en disent, je voulais juste présisé pour ne pas qu'il y est de mal entendu.

Oui pour le 2eme point tu as totalement raison si je le nie cela va être pire. Mais cela m'est arrivé que des connaissances me demande si je suis gay et je leur ai répondu que non (sans mentir puisque je me sens bi -même si cela n'est pas forcément figer-).

et pour le dernier point je m'en était rendu compte car j'ai vu passé sur instagram des post comme "tu dis a un mec elle est lesbienne il va répondre: à quand le plan à 3 et si tu lui dis lui il est gay il va répondre: bah il me dégoute il méritent pas de vivre" ou des choses comme sa.

Et un 'bon ami à moi' (je suis pas sur que l'on va le rester très longtemps) aujourd'hui au collège quasi tout le monde etait en cours mais pas moi et cette personne car nous commencions plus tard et il voit un mec qui c'est fait "tapé" par un de ses potes et la mon 'pote' me sort un ça doit pas faire mal c'est une *tarlouze* alors que l'on en sait rien si il est gay ou pas et ça nous regarde pas mais juste l'insulte homophobe sans raison ou aussi je voit un mec que je connaissais dans la cour je lui dit regarde (on vas l'appellé machin) machin il me dit a oui, on continue a discuter et la discution derive et il me sort alors que machin est dans le même groupe de personne que *la tarlouze* ouais lui c'est la *tafiole* du groupe et le dernier moment ou il a parlé de ça c'est quand je le faisait chié avec un mec qu'il déteste et je lui est dit pour rigoler qu'ils iraient bien ensemble et la il est parti au quart de tour et m'a dit je suis loin d'être un pédé et je ne sais plus quoi d'autre. Je n'ais rien dit parce que c'est pas mon caractère mais intèrieurement je bouillais.

voilà j'espère que cela pourra vous aidez à m'aidez.

Merci

Arkana0
Messages postés
2505
Date d'inscription
mercredi 11 février 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
17 octobre 2019
130 > Wekl -

Bonjour,

 

Vu l'ambiance que tu décris, tu as probablement raison d'être discret sur ta sexualité, qui ne regarde que toi et les personnes qui t'intéressent.

 

Je vois que les insultes de cour de récré n'ont pas bien évolué. Sois toutefois un peu indulgent avec eux : si les insultes ici ne sont pas vidées de leur sens, il n'empêche qu'à cet âge on est souvent TRES con. Certains regretteraient peut-être leurs paroles s'ils savaient que tu étais bi, ou les regretteront plus tard.

 

Dans ta situation, assumer ouvertement ton attirance pour les hommes sera probablement difficile. La libération serait accompagnée d'une lutte pour ne pas te laisser écraser. A toi de peser ce qui sera le moins éprouvant.

 

Rassure-toi toutefois, les gens s'améliorent avec l'âge. Le collège est une période ingrate, le lycée un peu moins ;)

Bonjour

 

Oui les insultes de collégiens n'ont pas beaucoup évolué mais cela reste une minoriter qui les emploits dans leurs vrais sens car des "enculé" volent souvent mais ce n'ait pas dans le sens homophobe mais plutôt dans le sens de "connard"

 

Et je suis discret sur ma sexualité et mes sentiments en général car au début du collège des connaissances savaient de qui j'etais amoureux et ils me faisaient chié et à elle aussi donc maintenant si je parle de ce sujet c'est que je suis seul avec cette personne et que je lui fais confiance.

Commenter la réponse de Arkana0
Messages postés
16145
Date d'inscription
samedi 12 mai 2012
Statut
Modérateur
Dernière intervention
18 octobre 2019
138
2
Merci

Bonjour,

 

Au moment de l’adolescence, on est souvent tiraillés par les changements hormonaux et psychologiques à l’intérieur de nous.

 

C’est pourquoi, la recherche de la sexualité est un moment clé de cette période ; si pour certains les préférences sexuelles s’imposent telle une évidence au point de ne pas se poser la question, pour d’autres le chemin n’est pas si évident. Il peut arriver alors d’être un peu perdu, confus, et désorienté : rien ne presse !

 

Tu peux prendre connaissance de ce lien:

https://www.filsantejeunes.com/la-bisexualite-a-chacun-e-sa-bisexualite-16977

Tu peux aussi les contacter. c'est anonyme et gratruit.

 

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Couple JournalDesFemmes.com

Journal des femmes 4678 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Merci de m'avoir répondu

Je sais que cela est compliqué et que rien ne presse. Mais pour mon cas je le sais déjà.

Commenter la réponse de imagine7