Désacraliser une fille quand on est amoureux ?

vone69 Messages postés 6 Date d'inscription dimanche 7 février 2021 Statut Membre Dernière intervention 17 février 2021 - 9 févr. 2021 à 22:52
vone69 Messages postés 6 Date d'inscription dimanche 7 février 2021 Statut Membre Dernière intervention 17 février 2021 - 17 févr. 2021 à 12:06

Bon voilà je me suis fait friendzone, je vais aller droit au but. C'est une relation toxique qui me pompe le morale depuis 6 mois et j'ai envie d’y mettre un terme, du moins je pense que c'est la meilleur des solution (simple efficace). Mais j’ai deux soucis qui viennent immiscer un doute dans tout ça.


Et j’aimerais avoir votre avis sur deux choses :


Comment désacraliser une fille dont on est extrêmement amoureux ?


Est-ce qu'il y a moyen qu'une fille change son regard sur un homme (moi?) qui a merdé sur beaucoup de choses dans la relation ? (Passer de needy à el famoso alpha)
Elle m'en a fait baver, elle n’a pas été méchante ou quoi mais j’ai ressenti du mépris et un balécouillisme et c'est un peu ma faute car je me suis comporter comme un putain de needy. Je ne la contredisais jamais, j'avais ce rôle de "soumis" et elle, elle pouvait me juger autant qu’elle voulait sur mes opinions ou mes actions et c'était devenue une normalité et je remettais en cause parfois ma propre morale.


Tous ce qu'elle faisait ou disais, ben moi je me résolvais inconsciemment à me dire que c'était normale, en gros j'essayais comme un con de vouloir me mettre sur sa longueur d'onde, alors que cette meuf à pleins de défauts, notamment psychologique, elle est très dépressive et à la moindre soirée elle se bourre.


Mais je suis tellement aveuglé par sa beauté (8/10) que je me sens inférieur à elle et je me dis que je serais trop frustré de mettre fin à notre relation sans avoir eu l'ascendant en tant que "alpha" au moins une fois dans la relation.


Le pire c'est qu'au début de notre relation, avant que je commence à adopter ce comportement de « soumis » , j'arrivais à m'affirmer puis un jour à une soirée en tête à tête ambiance tamisée 2h du mat, on dansait, elle était bourré et pas moi, j'essayais de lui dire un truc dans l'oreille et elle m'a fait un bisou, on s’est regardé et elle avait un sourire "naïf" avec un regard un peu à l'ouest, bref j'aurais clairement pu l'embrasser et j'ai rien fait car j'osais pas et j'avais même pas capté ce qu'il venait de ce passer enfin je sais pas si ce bisou aurait valu quelque chose mais bref c'est à partir de là que j'ai commencé à être frustré de ne pas avoir saisis cette aubaine et j’ai commencé à jouer au mec trop gentil et je perdais tous mes moyens quand je lui parlais car j'avais peur de dire de la merde ( cette attitude m'en a fait dire tellement plus...)


Ça fait 6 mois que je déprime et je ne vois toujours pas le bout du tunnel. Les sorties se font de plus en plus rares à cause du covid (voir plus du tout en ce moment) et j'ai vraiment envie, avant de mettre un terme à notre relation, de me sentir moins needy pour pas avoir de regrets pas la suite. Mais je sais pas trop comment faire… le sport ça paye pas tellement on dirait. Et au final je sais même pas si c’est une bonne idée de vouloir forcer.

Alors un grand détail que j'ai omis de dire est que : je lui ai clairement avoué mes sentiments en face à face (palmarès d'un des moments les plus gênant de ma vie car ce n'étais pas tellement prévu... et elle m'a proposé qu'on reste ami, ce à quoi j'ai répondu oui car j'étais dépité.

Pour ceux qui veulent l'histoire, je vous la raconte en quelques lignes avec plaisir et remord :)/

Début de l'histoire

Pour info c'était en août dernier, j'avais 20 ans et elle 22.

C'était donc avant la fermeture des bars et restos on était invité à une petite fête avec nos collègues (je faisais un job d'été à ce moment et c'est là que je l'ai rencontré) et ce soir-là je l'ai vu toute seule, assise et moi j'étais avec un pote qui, lui essayais de draguer une autre meuf, je me sentais de trop du coup j'ai pris mon courage et je suis parti m'asseoir à côté d'elle, on s'ennuyait et elle m'a proposé de sortir dehors pour prendre l'air car l'ambiance hypocrite de cette fête l'a gonflait (et les musiques étaient pas folles), d’ailleurs je suis allé à cette fête uniquement pour elle, on sort et petit à petit on arrive par hasard devant une fête foraine, ni une ni deux on se chauffe pour y aller, je lui achète des churros, on fait des manèges et des attractions à sensation forte (train fantôme non compris), bref ça avait tout l'air d'une sortie de couple, et j'avais du mal à réaliser ce qu'il se passait tellement la situation était imprévue et fantasmé dans ma tête.

Pendant ce temps nos amis/collègues n'avaient plus de nouvelles de nous car on ne répondait pas aux appels, on n’assumait pas trop d'être sorti juste nous deux sans prévenir personne... Avant de sortir de la fête foraine on joue au jeu des peluche et j'arrive à lui chopper un dauphin, le problème c'est qu'elle avait oublié son sac à la fête du coup on était obligé d'y retourner car elle avait oublié son sac. Par contre, elle n’assumait pas (et moi non plus) de débarquer avec une peluche dauphin, on aurait dû leur expliquer toute notre excursion et ça aurait été gênant. D'ailleurs j'ai répondu à une de mes collègue un peu plus tard et elle était plutôt furieuse car ils allaient presque appeler la police pour leur signaler notre disparition. Du coup pour la peluche elle a eu l'idée de le laisser accrocher sur un grillage, on s'est dit qu'on irait le récup en fin de soirée (toujours romancé dans ma tête).

On revient à la fête, évidemment on s'est gentiment fait passer un savon, puis mon pote vient et me prend à part en étant persuadé qu'il s'était passer quelque chose entre nous deux, à sa grande déception... nope, je lui ai raconté ce qu’il s’était passé et il m'a fait comprendre qu'en allant reprendre la peluche ça serait le moment rêver pour lui avouer mes sentiments, idée que j'avais déjà en tête mais que je n’osais pas conscientiser par manque de courage. Finalement il m'a convaincu. J'ai bu deux trois coups avant de retourner la voir car j'étais assez stressé (chose qui m'arrive pas souvent à ce point), on est reparti ensemble et avant d'arriver au dauphin elle me dit "y a [prénom de mon ami] qui arrête pas de me demander s'il s'est passé quelque chose entre toi et moi il me soule, je lui ai dit que non [mon prénom] c'est juste un ami...". Bon j'ai jamais ris autant jaune de ma vie --. Et là très rapidement j'ai dû lui dire... que "en fait [prénom de mon ami] a pas dit ça pour rien car je ressens vraiment quelque chose pour toi, j'aime bien ta personnalité et je trouve que t'es vraiment une fille intéressante" c’était éclaté mais j'ai improvisé comme je pouvais et il y a eu un blanc qui, dans ma tête, a duré quatorze minutes et elle ne s'y attendait vraiment pas, elle était très gêné car je ne lui avais pas montré beaucoup de signe d'intérêt et de là je vous épargne les détails mais elle m'a dit qu'elle venait de sortir d'une rupture très douloureuse qui a entraîné une grosse dépression chez elle et qu'elle n'était pas prête à se remettre en couple avant longtemps, mais dans tous les cas elle m'aurait foutu un râteau je pense car je nous imagine mal nous embrassé à ce moment précisément dans le froid et la gêne à ce moment, ça aurait été utopique. Et de là s'en ai suivi une longues conversations de 3 heures où on marchait dans la nuit et on s'est dit beaucoup de choses, d'ailleurs je me suis moi-même beaucoup trop dévoilé ce soir-là. Bref elle m'a proposé de rester ami si ça ne me dérange pas et j'ai dit oui, bouffon que je suis.

Fin de l'histoire

Voilà c'est précisément à partir de ce moment que j'ai progressivement sombrer pendant plusieurs mois dans la plus grosse dépendance affective de ma vie.

On s'est assez souvent revu tous les deux pour boire un verre, aller au ciné, faire des soirées dansantes (soirée où elle a voulu m'embrasser) mais il ne s'est jamais rien passé. Aujourd'hui je peux affirmer avec certitude qu'à part m'attendre à un baiser alcoolisé, il ne se passera rien.

J'aime beaucoup sa personnalité, son humour et sa douceur et bizarrement j'aime tout autant son côté incertain et même dépressif mais je ne saurais expliquer pourquoi.


J'ai écrit ça en vrac désolé il n'y a pas vraiment de structure mais j'aimerais juste avoir votre avis et vos conseils pour oublier une fille si jamais vous avez déjà vécu des friendzones qui vous ont niqué moralement...

A voir également:

5 réponses

Arkana0 Messages postés 4288 Date d'inscription mercredi 11 février 2009 Statut Modérateur Dernière intervention 28 septembre 2022 860
Modifié le 10 févr. 2021 à 09:02

Bonjour,

 

"Bon voilà je me suis fait friendzone"

Je aprle en tant qu'ancien habitué de cette "zone", on ne s'y fait pas mettre. On y rentre tout seul, bien gentillement, et elle n'a de "friend" que le nom.

Je vois mal comment se prétendre "ami" quand tout ce qu'on attend c'est une ouverture, comme un prédateur qui guette sa proie (mais ne sait pas chasser, pauvre de lui...).

J'en profite pour signaler que, selon moi, la vraie gentillesse n'attend en retour que le plaisir qu'elle procure en elle-même et pas un paiement, notamment en faveurs sexuelles. Autrement on est au mieux manipulateur, au pire esclave des autres. Je me revendique comme un authentique gentil, et ça signifie que je si je dis "oui" souvent, 'cest parce que ça me fait plaisir de faire plaisir, je ne l'utilise pas comme un moyen pour quémander de la "valeur".

 

Maintenant la bonne nouvelle, c'est que tu sembles avoir un regard suffisamment critique vis-à-vis de toi pour détecter l'origine du problème et même des pistes de solutions :)

 

Concernant le début de votre histoire, c'était pourtant très bien parti le fait qu'elle s'isole avec toi et se permette un moment de folie indique un intérêt indéniable au départ. Je pense qu'ensuite il faut regarder où tu as perdu des points :

- Dans la fête forraine, peut-être as-tu commencé à adopter un comportement d'inférieur qui cherche à s'attirer les faveurs de sa déesse, mais tu n'en dis pas assez pour affirmer quoi que ce soit. Lui payer un truc pour rigoler se fait très bien.

- Au retour tu ne semblais pas assumer cet escapade. Pourquoi ? Au contraire si je m'en vanterais pas à ta place, ce serait uniquement pour respecter son sentiment à elle, mais j'en serai très fier intérieurement !

- Juste avant de rentrer, peut-être as-tu raté une occasion de l'embrasser, peut-être que le contexte ne s'y prêtait pas. Une chose est certaine, déclarer ta flamme avec des mots c'était malhabile. A ce stade, mieux vaut privilégier les actes au blabla et à défaut de pouvoir agir, adopter un comportement qui montre clairement ton intérêt et adopter un discours plus ambigu.

 

Concernant le baiser lorsqu'elle était bourrée, c'est à voir selon son état. Si elle était clairement dans un état second, tu as bien fait de ne pas en profiter. Elle aurait en plus pu te le reprocher par la suite. Cela peut se rediscuter si elle était juste un peu pompette.

 

Pour résumer : tu es parti avec toutes tes chances avec elles (sinon vous n'auriez pas pu vous isoler, et elle n'essayerait pas de t'embrasser même en étant bourrée), mais quelque-chose dans ton comportement t'as fait passer d'intéressant à "y a plus la petite étincelle" et elle n'est certainement même pas consciente du pourquoi :)

 

Tu nous donne une piste très intéressante pour ça :

" Comment désacraliser une fille"

" needy"

" je suis tellement aveuglé par sa beauté (8/10) que je me sens inférieur à elle"

Essaye de te mettre à sa place, tu vis dans un monde saturés d'opportunités de partenaires potentiels (tu n'imagines pas le nombre de sollicitations qu'elle se tape à n'en plus savoir quoi faire). Tu choisirais la pauvre petite chose qui semble n'avoir rien à t'offrir et attends tout de toi pour avoir le sentiment d'exister ? Spoiler : clairement pas.

 

S'il y a une chose générale en matière de séduction, c'est bien qu'on est repoussé par ce qui nous paraît inférieur et attiré par ceux qui semblent nos égaux ou supérieurs. Et pour que ça tienne des deux côtés, il faut que l'un se sente l'égal de l'autre.

 

Si les "bad boys" ont tant de succès, c'est parce qu'ils ont une absolue confiance en leur valeur face aux filles et c'est cet arguement qui fait mouche pour la grande partie, pas la beauté ou l'argent (contrairement à la croyance populaire).

Et elles s'en plaignent ensuite car elles sont mal traitées. Imagine à quel point un authentique gentil qui a confiance en lui peut tirer son épingle du jeu...

 

Sauf que la confiance en soi, c'est bien facile à décréter, moins de l'avoir. Quoi que.

Je parle en connaissance de cause : bien que grand je fais mes 130kg et suis donc bien gros, bien que je ne sois pas laid de visage, je ne suis pas particulièrement beau. Et pourtant si je devais aborder une belle femme pour tenter de la séduire, je suis persuadé que j'aurais toutes mes chances car j'ai acquis cette grande confiance en moi.

La recette que j'ai suivie est en fait plutôt simple : me consacrer sincèrement aux choses qui me plaisent et les assumer. J'ai été intrigué par la culture de plantes carnivores, je suis allé jusqu'à prendre des responsabilités dans une association de cultivateurs. J'aime beaucoup l'hydromel, j'ai été jusqu'à m'intéresser à la fermentation, puis au miel et jusqu'aux abeilles !

A force de se consacrer à ce qu'on aime faire, on développe à coup-sûr des compétences dont on peut tirer de la fierté. J'ai même réussi à m'en contenter pour être heureux seul (après un célibat subi à la dure pendant 7 ans !).

 

De là je me suis retrouvé dans la position très confortable de me suffire à moi-même pour être heureux et devenir authentiquement gentil (comme je l'ai expliqué plus haut)

J'ai développé une confiance en moi me permettant d'oser être clivant (toutes les femmes ne sont aps réceptives à mes passions, mais m'intéressent-elles dans ce cas ? Non.)

Même les très jolies femmes ne me donnent plus un sentiment d'infériorité.

Mets-toi d'ailleurs à leur place : voilà un gros qui débarque et montre clairement qu'il veut les draguer. En plus de ça il est calme. Ce gars-là il a quelque-chose d'intéressant c'est certain. Un beau gosse qui vient draguer, c'est normal et il risque surtout de décevoir.

 

Et c'est ainsi que j'ai séduit ma compagne actuelle et que nous vivons en couple heureux depuis 4 ans, sans dispute et en communiquant avec suffisamment de sincérité pour qu'elles ne soient pas cachées.

 

 

2